snowcar

Conduite sur neige : quelques conseils précieux

Si comme bon nombre de vacanciers vous décidez de partir au ski en voiture, vous n’êtes sûrement pas sans savoir qu’un tel trajet se prépare. Les conditions climatiques hivernales demandent une préparation et un équipement adaptés, spécialement en montagne. La conduite sur neige peut s’avérer être un défi dans certains, c’est pourquoi nous vous donnons quelques conseils afin de vous y préparer au mieux.

Le B-A BA de la conduite sur neige

Partir au ski en voiture implique d’être confronté à de la conduite sur neige avant d’arriver en station. Il est donc important de préparer votre véhicule à ce qui l’attend. Si cela n’a pas été fait récemment, pensez à vous rendre dans un garage pour une révision complète. Vous vous assurerez ainsi du bon fonctionnement de la batterie, des pneus et des éclairages. Ce sera également l’occasion de vérifier les niveaux. Si ce n’est pas fait, le mieux est aussi de s’équiper de pneus neige pour la route qui vous attend. En suivant ces quelques conseils, vous ne devriez pas avoir trop de difficulté à rejoindre les pistes de ski pour des vacances bien méritées.

Les 11 commandements de la conduite sur neige
Route enneigée

Vlad Podvorny – Flickr

 

  1. La conduite sur neige requiert souplesse et douceur. Vous devez adapter votre conduite aux conditions particulières de ce type de conduite et éviter les accélérations et freinages brusques ainsi que les coups de volant. Ces précautions sont à prendre afin d’éviter un dérapage.

 

  1. Vous devez rester très vigilant concernant les autres véhicules et respecter d’importantes distances de sécurité afin de pouvoir stopper votre voiture à temps en cas d’imprévu. La chaussée étant humide voire recouverte de verglas, le freinage s’avère forcément plus compliqué.

 

  1. La visibilité peut être extrêmement réduite par temps de neige ou de brouillard. Pensez à déneiger votre pare-brise, vos rétroviseurs et votre capot avant de prendre la route. Une fois au volant, vous devez au minimum garder vos feux de croisement allumés. Les feux de brouillard avant et arrière sont également autorisés et conseillés en cas de chute de neige. Enfin des essuie-glaces opérationnels et un lave-glace spécial hiver vous permettront d’affronter de telles conditions climatiques sans difficulté.

 

  1. Lorsque vous vous trouvez dans une descente, privilégiez le frein moteur pour limiter la prise de vitesse. Et là encore, gardez à l’esprit qu’en conduite sur neige les distances de sécurité doivent être scrupuleusement respectées.

 

  1. N’hésitez pas à chaîner dès le début de fortes neiges. En installant des chaînes sur les roues motrices, vous gagnerez en efficacité mais en équipant les quatre roues votre adhérence sera encore meilleure.

 

  1. Au démarrage, privilégiez une accélération progressive, surtout si vous vous trouvez dans une côte. Enclenchez la 1ère vitesse et relâcher très progressivement la pédale d’embrayage. Pour limiter les patinages, assurez-vous de garder les roues dans l’axe de la voiture. Si votre véhicule se montre capricieux, n’hésitez pas à passer en seconde pour éviter de patiner.
Salage route

Jan Tik – Flickr

 

  1. Laissez la priorité aux engins de salage lors de fortes chutes de neige. Il est interdit de les doubler et obligatoire de leur faciliter le passage lorsqu’un déneigement est en cours. Le côté pratique est qu’en circulant dans leurs traces, vous réduisez les risques de dérapage ou de basculement dans un fossé.

 

  1. Sachez renoncer lorsque les chutes de neige sont trop intenses et que vous n’avez plus aucune visibilité. Dans un tel cas, il vaut mieux s’arrêter sur le bas-côté et allumer les feux de détresse en attendant une accalmie.

 

  1. Si votre véhicule chasse de l’avant ou de l’arrière en conduite sur neige, ne freinez surtout pas ! Un freinage aurait pour effet d’accentuer le déséquilibre de la voiture. Débrayez plutôt pour que les quatre roues tournent à la même vitesse et braquer vers la route.

 

  1. Encore plus qu’à l’accoutumée, adaptez votre vitesse à l’approche d’un virage et conservez la lorsque vous effectuer le virage afin de limiter le déséquilibre du véhicule.

 

  1. Si vous êtes immobilisé dans une côte ou à l’arrêt, désactiver l’ESP (qui comprend un système d’anti-patinage) pourrait vous aider. En désactivant l’ESP, vous distribuez plus de puissances aux roues, ce qui permet à la voiture de sortir plus facilement de situations complexes. Une fois la voiture en mouvement, vous pourrez réactiver l’ESP comme bon vous semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *